Encourager la participation citoyenne

Paradoxalement à la volonté des citoyens d’être toujours plus associés en amont des décisions qui les concernent, on note une réelle difficulté à les mobiliser dans les rencontres de travail et de réflexion. L’enjeu consiste donc à faciliter l’exercice de la citoyenneté. Pour cela, il est donc nécessaire de mieux prendre en compte les contraintes des habitants et de les accompagner dans les démarches participatives qui les concernent. Pour cela, nous avons conduit une politique d’encouragement de la participation citoyenne et investit tout particulièrement les espaces de réflexion (animation de quartier, AMAP, portail d’accès aux droits sociaux, de la ferme au quartier). Pour faire émerger des initiatives, il ne s’agit pas de mettre des gens ensembles. Il faut arriver à créer un sentiment d’appartenance. Il faut à un moment que les personnes réunies tissent ensemble  »une peau commune ‘’ et qu’elles partagent un intérêt commun.

1. Informer et consulter les habitants, les adhérents et les acteurs sur les projets qui les concernent dans un souci d’améliorer la vie du quartier: ex nous avons interpellés les élus auprès du conseil de quartier sur l’absence d’équipements sportifs pour la pratique du foot. Une demande qui nous a été formulée par les jeunes. Les jeunes ont obtenu l’aménagement du terrain de foot à Malacussy. L’amicale est un relais auprès des habitants, partenaire des institutions et acteur du terrain pour faire remonter des besoins

2. Amener les familles vers l’autonomie : nous avons veillé à ce qu’elles deviennent actrices de certaines actions. Les nombreuses actions (ateliers, sorties, soirées, séjour) permettent aux mamans d’être en action, de faire des rencontres puis de reprendre confiance ; point de départ à des échanges, débats, prises de positions puis une éventuelle prise de responsabilités : choix dans les activités, sorties. De fil en aiguille, le chemin vers l’autonomie est pris en transversalité des chemins d’accès à la culture, à la connaissance. Les plus anciennes deviennent alors « moteur » et entraînent les « nouvelles ».

3. Eduquer au développement durable : nous avons favorisé les échanges de savoir faire « vert » en faisant appel à des parents-retraités jardiniers. Aussi nous avons ouvert aux habitants du quartier (parents, retraités jardiniers, salariés) une formation gratuite sur les techniques de jardinage.

4. Informer les habitants sur les pratiques du développement durable : mise en place du tri sélectif, compostage, récupérateur d’eau de pluie au centre de loisirs :

des familles, enfants participent régulièrement à l’alimentation du bac à composte. Durant les mois d’août, lors de la fermeture du centre de loisirs, des parents se sont occupés de l’arrosage et de l’entretien des jardinières (placés sur le site de l’apprentissage). Aussi, Il n’y a pas eu de dégradation ou pillage des bacs ; bien au contraire les jeunes enfants ayant participé à la mise en place du projet jardin ont joué un rôle de médiateur auprès d’autres jeunes. Cet aspect est tout à fait intéressant, car il démontre que lorsque les personnes participent activement à un projet, elles y accordent un grand intérêt, et ont envie de le promouvoir. Elles sensibilisent les autres au respect de ce qui est réalisé.